Cover

Le Musée canadien des droits de la personne organise une discussion sur l’Institut bahá'í d’enseignement supérieur

« Imaginez que vous aimez tellement votre pays que vous êtes prêt à mourir pour lui, que vous êtes tellement attaché à votre foi que vous ne vous abjurez jamais, même sous la torture, et que votre amour de l’apprentissage et de l’éducation est si fort que vous êtes prêt à étudier et à enseigner clandestinement, risquant l’emprisonnement, car votre propre gouvernement vous interdit l’accès à l’université. »

Cmhr crowd

C’est ainsi que Maziar Bahari, journaliste et cinéaste canado-iranien, a commencé son discours d’ouverture devant une salle comble le 26 mars dernier au Musée canadien des droits de la personne à Winnipeg.

« C’est l’expérience des bahá'ís en Iran depuis 40 ans », explique-t-il.

Bahari a été journaliste pour Newsweek de 1998 à 2011, et il a été emprisonné et détenu en détention solitaire par la République islamique d’Iran pendant 107 jours en 2009. Il a été emprisonné à cause de ses reportages, ce qu’il a raconté dans un best-seller, et son histoire a été présentée dans le film Rosewater de Jon Stewart. Depuis sa sortie de prison, il a attiré l’attention sur la persécution des bahá’ís en Iran.

« Pour moi, un iranien qui n’est pas bahá’í, l’arrestation et le meurtre de mes frères et sœurs bahá’ís est un chapitre honteux de l’histoire iranienne. C’est aussi une tache sur notre conscience collective en tant qu’Iraniens », a déclaré M. Bahari devant quelque 200 personnes.

« L’exemple le plus remarquable de la perspective progressiste bahá'íe est son approche de l’enseignement supérieur », a dit M. Bahari, faisant remarquer que le gouvernement iranien a interdit aux bahá’ís d’enseigner ou d’étudier dans les universités. « Au lieu de se soumettre à la répression, ils ont choisi une belle forme de résistance pacifique en créant leur propre université, l’Institut bahá'í d’enseignement supérieur (IBES), en 1987. »

Après la conférence de Bahari, il a participé à une table ronde avec Afsoon Houshidari (avocate spécialisée dans les réfugiés et ancien enfant réfugié), Farnaz Raeisi (diplômée de L’IBES et boursière postdoctoral à l’Université du Manitoba) et Geoffrey Cameron (directeur des affaires publiques de la Communauté bahá’íe du Canada).

Mme Houshidari a ouvert la soirée en racontant une histoire émouvante et en racontant le voyage qu’elle et sa famille ont entrepris quand elle était enfant, fuyant l’Iran postrévolutionnaire au milieu des attaques violentes contre les bahá’ís. Elle a aussi présenté son récit lors d’événements organisés par les Nations Unies et devant des membres du Congrès américain.

Au cours de la table ronde, Mme Raeisi a captivé l’auditoire avec sa description de l’étude dans des cadres informels créés par l’IBES en Iran. Malgré les raids et les attaques répétés des autorités iraniennes, plus de 10 000 étudiants ont obtenu leur diplôme de l’IBES. Il offre 38 programmes de niveau universitaire dans cinq facultés, avec environ 750 professeurs affiliés. Le New York Times l’a qualifié d’« acte élaboré d’autoprotection communautaire ». Les diplômés de l’IBES ont été acceptés dans plus de 87 programmes universitaires différents à l’extérieur de l’Iran.

Mme Raeisi a étudié le génie civil à l’IBES et a par la suite obtenu une bourse de doctorat pour étudier à l’Université du Manitoba. Elle a décrit comment tous les membres de la communauté ont participé à l’élaboration de l’IBES et comment ils ont sacrifié leur confort pour aider les jeunes bahá’ís à poursuivre leurs études. En Iran, la plupart de ses documents étaient des livres numériques, étudiés en petits groupes et dans l’intimité de son foyer. Lorsqu’elle est arrivée à Winnipeg, elle s’est sentie bouleversée de se promener dans une bibliothèque de recherche et d’être entourée de milliers de livres - un endroit où elle pouvait rester et étudier pour poursuivre ses études.

Les présentations ont suscité de profondes questions de la part de personnes d’horizons divers, dont beaucoup avaient entendu parler de l’événement grâce à une vaste couverture médiatique dans les jours qui l’ont précédé. Global News, CTV-Winnipeg, CBC, Radio-Canada et le Winnipeg Free Press ont diffusé des reportages sur Bahari et Houshidari dans les jours précédant l’événement.

Photos courtoisie du musée canadien des droits de la personne.

Abonnez-vous