Des jeunes ont des conversations sur le racisme et le changement social
Un jeune de Hamilton discute avec un parent du matériel scolaire des enfants

Des jeunes ont des conversations sur le racisme et le changement social

De petits groupes d’amis se réunissent dans de nombreuses villes du Canada pour discuter du problème persistant du racisme et pour voir comment ils pourraient réfléchir, parler et agir ensemble pour combattre ce mal social.

Des jeunes de Hamilton partagent du matériel scolaire avec les participants de la classe des enfants
Les médias sociaux après la publicité Rowntree
Jahzaiah Langley introduit une discussion sur la race avec les jeunes de Brampton

Parmi les principes centraux de la foi bahá’íe figure l’élimination des préjugés. Depuis plus d’un siècle, les communautés bahá’íes du monde entier s’efforcent de mettre ce principe en pratique dans divers contextes.

C’est pourquoi, parmi les premiers admirateurs et membres de la foi bahá’íe en Amérique du Nord, on trouve des personnalités qui ont travaillé à mettre fin au racisme et à promouvoir l’unité raciale, notamment W.E.B. Du Bois et Alain Locke. Parmi les associés de Du Bois, on trouve Louis Gregory, membre éminent de la communauté bahá’íe américaine au début du XXe siècle et premier Afro-Américain à être élu à l’Assemblée spirituelle nationale des bahá’ís des États-Unis et du Canada en 1922.

Comme la question des relations raciales est devenue plus importante dans le grand débat public ces dernières semaines, les jeunes ont ouvert la voie en créant des espaces pour prier et parler de la façon dont ils peuvent jouer un rôle constructif dans la promotion de l’unité raciale.

Un groupe de 40 jeunes de Brampton (Ontario) s’est réuni pendant plusieurs heures pour discuter de la manière dont ils pourraient promouvoir le changement dans leur communauté. Se réunissant en petits groupes en ligne, ils ont étudié des citations tirées du matériel bahá’í d’étude et des ouvrages écrits par des auteurs noirs pour les aider à réfléchir aux qualités et contributions spirituelles qui seraient nécessaires pour aider à remodeler leur communauté afin qu’elle soit plus inclusive et plus ouverte à tous.

L’espace a été organisé par Jahzaiah Langley, un jeune qui a participé aux processus de construction communautaire menés par la communauté bahá’íe de sa localité. Martharoot Malungu a aidé Langley à créer cet espace. Elle a déclaré : « Beaucoup de questions dont nous avons discuté portaient sur le changement, et comment cela peut-il se produire. Qu’est-ce qui pousse une personne à changer ? Quelles habitudes faut-il abandonner ? Quel rôle les jeunes jouent-ils pour aider à remodeler notre collectivité afin qu’elle soit plus tolérante ? »

Ensuite, ils ont publié sur un compte de média social les réflexions suivantes tirées de leur conversation : « Avoir des conversations avec notre famille en ce moment est très important. Il peut être facile de dire que nos parents sont plus âgés et que c’est acceptable, mais ce n’est pas le cas. Tout le monde a besoin d’avoir cette conversation. Tout le monde doit comprendre que le racisme est un problème et que nous devons tous travailler au changement ». 

Dans le centre-ville de Toronto, Deltin Sejour a organisé un rassemblement pour discuter du point de vue bahá’í sur la question du racisme et des préjugés. « Ma motivation pour commencer ce rassemblement était simplement de créer un espace où les bahá’ís et leurs amis pourraient avoir des outils pour combattre les forces destructrices des préjugés qui se révèlent pleinement et de manière explosive », a-t-il déclaré.

« L’unité est plus qu’un mot, c’est une action, c’est une philosophie, c’est une décision d’être constamment conscient de ceux qui nous entourent et de travailler pour en harmonie », a poursuivi M. Sejour.

Un groupe de jeunes du quartier Rowntree à Toronto se réunit régulièrement pour prier, et ils se sont concentrés sur le thème du racisme il y a plusieurs mois. Ils ont décidé de revisiter le sujet à la lumière des récents événements.

Un participant a dit : « Est-ce suffisant de connaître l’histoire [du racisme] ? Le racisme est intégré dans les institutions de notre société et il faudra beaucoup d’efforts pour le démanteler. Je ne suis pas sûr que l’éducation soit suffisante. Il semble que les gens aient besoin d’un véritable engagement spirituel pour changer les choses. C’est peut-être en partie pour cela que nous disons que le racisme est un problème spirituel ».

À Montréal, Hoda Ghadirian et Samira Khajehi ont organisé des réunions en ligne avec des amis pour avoir des conversations sérieuses et de haut niveau. Comme la question des relations raciales est rapidement devenue une préoccupation mondiale ces dernières semaines, ils ont contacté un ami de London, dans l'Ontario, pour faciliter une discussion sur la perspective bahá’íe sur le racisme. Une trentaine de personnes ont participé à cette conversation, qu’elles prévoient poursuivre dans les semaines à venir.

Un groupe d’adolescents participant au programme d’autonomisation spirituelle des préjeunes à Port Coquitlam (Colombie-Britannique) s’est réuni avec un jeune plus âgé qui leur sert d’animateur pour discuter du problème du racisme. Ils ont discuté de la nature des préjugés et de leur origine.

« En grandissant, on est exposé à plus de milieux, comme des groupes d’amis et des écoles, et le racisme s’apprend aussi dans ces milieux », a déclaré leur animateur. « Nous avons parlé de l’importance de l’éducation pour la jeune génération ».

À Hamilton, en Ontario, certains enseignants de classes d’enfants bahá’íes ont réfléchi à la manière dont les enfants de leur classe étaient touchés par le racisme. Ils ont réfléchi à leur rôle d’enseignants et se sont consultés sur les moyens d’apporter de la joie dans le cœur des enfants. Les enseignants ont décidé d’incorporer des thèmes pertinents dans le matériel pédagogique qu’ils ont remis aux familles dont les enfants participent aux classes durant la période où les écoles sont fermées écoles. L’une des enseignantes, Aayah Amir, a déclaré « Les enseignements bahá’ís nous rappellent notre grande responsabilité de traiter la question des préjugés de manière systématique. »