L’approche du Conseil des droits de l’homme pour lutter contre la pauvreté est accueillie favorablement au Canada

« Si nous voulons éliminer les causes de la pauvreté, il nous faudra mieux comprendre cette question », affirme Mme Karen McKye, secrétaire générale de l’Assemblée spirituelle nationale du Canada, le conseil dirigeant de la communauté bahá’íe du Canada, qui accueillait favorablement le document soumis par la Communauté internationale bahá’íe au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Le document de la CIB, qui explore la relation existant entre les droits de la personne et la pauvreté, a été publié au moment où le monde commémore, le 17 octobre, le 20e anniversaire de la proclamation de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Cette année, le thème choisi par les Nations Unies est Les pauvres sont agents du changement dans la lutte contre la pauvreté.

Le document préparé en réponse à l’appel récent du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, invitant la soumission de documents qui explorent la question de la pauvreté du point de vue des droits de la personne, est le résultat d’une consultation approfondie avec les communautés bahá’íes de six pays.

Selon le Rapport national 2006 sur la pauvreté des enfants et des familles « près de 1,2 million d’enfants, presque un enfant sur six au Canada, vivent toujours dans la pauvreté. » (source : Campagne 2000)

Au sujet du document de la CIB, Mme McKye a dit : « Le lien qui est établi entre la réduction de la pauvreté et les droits de la personne et la justice, plutôt qu’avec la charité, fournit un cadre important à tout effort pour aborder ce fléau mondial, que ce soit au Canada ou à l’étranger. »

Les auteurs du document félicitent le Conseil des droits de l’homme d’avoir établi ce rapport et soulignent que la pauvreté est « un problème pour l’ensemble de l’humanité, pas seulement pour les pauvres, et [est] le symptôme d’un système de relations économiques et sociales – dans la famille, la communauté, la nation et le monde – qui défend les intérêts d’une minorité au détriment du plus grand nombre. » [traduction]

Les approches proposées dans le document de la CIB font valoir l’importance de la justice et de l’égalité en tant que principes essentiels pour la gouverne des relations à tous les échelons. Elles réaffirment que le droit d’accès à l’éducation, le droit de jouir de sa culture et le droit de travailler sont des éléments essentiels à tout effort pour réduire la pauvreté.


Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, veuillez visiter les sites Web suivants :

Le 17 octobre 2007, la Journée mondiale pour l’élimination de la pauvretéDépartement de l’information de l’ONU