La conférence de jeunes de Toronto encourage les efforts de développement communautaire dans les localités

La conférence de jeunes de Toronto encourage les efforts de développement communautaire dans les localités

Plus de 1 000 jeunes venus de l’Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et des Territoires du Nord-Ouest sont venus au Centre de congrès de Toronto, pour participer à une conférence de jeunes qui a eu lieu du 26 au 29 juillet 2013. Elle s’inscrit dans un processus de développement des capacités des jeunes à contribuer au développement de leur collectivité.

La conférence de Toronto est la deuxième de trois conférences devant avoir lieu au Canada et est une des 114 conférences prévues dans le monde. Une autre a déjà eu lieu le mois dernier sur l’île de Montréal. Elle s’adressait aux jeunes du Québec, des provinces de l’Atlantique et du Nunavut. Une troisième aura lieu à Vancouver du 3 au 5 août, et s’adressera aux jeunes de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, du Yukon et de l’Alaska.

Pour accéder aux rapports sur les conférences de jeunes qui se tiennent partout dans le monde, cliquez sur le lien suivant : http://news.bahai.org/community-news/youth-conferences/ [en anglais].

Avant la conférence, les jeunes s’étaient réunis dans leur communauté et quartier pour cueillir des fonds, préparer des éléments artistiques qui allaient être présentés à la conférence et participer à des activités visant à appuyer le processus de renforcement de la communauté – c’est-à-dire pour resserrer les liens d’amitié et développer un esprit communautaire.

M. Douglas Martin, membre de la Maison universelle de justice de 1993 à 2005, a transmis aux jeunes les bons vœux de cette institution. Sa présence a beaucoup enrichi la conférence, qui s’est déroulée dans la joie et a été bien ciblée, dynamique et inspirante.

La conférence a offert aux jeunes de milieux divers un espace où ils ont pu étudier des documents portant, entre autres, sur le rôle qu’ils ont à jouer pour améliorer la société, et faire des projets avec leurs amis – rencontrés à la conférence ou plus tôt – pour appliquer ce qu’ils ont appris. « Les jeunes ont le désir d’agir […] [et] nous sommes ici, à la conférence, pour affiner notre perception de la communauté afin d’agir plus efficacement », affirmait une des participantes.

Les jeunes à l’emploi du Centre de congrès de Toronto ont été étonnés de voir la diversité culturelle de la conférence et étaient très heureux d’avoir un rôle à jouer dans un contexte si extraordinaire. Un des employés a dit : « J’avais très hâte au lendemain et je me suis éveillé à 6 h, excité de travailler et de participer à la conférence, de pouvoir me rendre utile et de savoir que j’avais aussi un rôle à jouer à cet événement exceptionnel. » L’esprit qui régnait était tellement beau qu’un jeune employé de l’hôtel, qui avait congé le dernier jour de la conférence, s’est inscrit et a participé à la conversation.

De plus, les arts ont joué un rôle important à la conférence. Plusieurs jeunes avaient préparé un poème, une chanson, un sketch, une danse, un spectacle de marionnettes ou une chanson rap sur les thèmes de la conférence, et leurs prestations ont été accueillies avec beaucoup d’enthousiasme dans la salle. Bien des jeunes ne se considèrent pas comme des artistes et se sont produits pour la première fois devant un grand auditoire.

Ils ont réfléchi ensemble sur l’unité de l’humanité et sur le fait qu’en servant leur communauté et en contribuant au bien-être collectif, ils se développent intellectuellement et spirituellement.

Durant les séances en petits groupes, les jeunes ont discuté des moyens qui permettent de développer des liens d’amitié authentique. « Je savais déjà que mes amis et moi nous aidons mutuellement, mais je n’avais jamais pensé au fait que les liens d’amitié ont aussi une portée sur notre collectivité et enrichissent la société. » Un autre jeune a dit : « C’est en servant ensemble que nous développons des amitiés véritables. [..] En travaillant ensemble et en nous organisant pour la conférence, nous nous sommes rapprochés. »

Les jeunes ont créé des cartes géographiques et ont élaboré des projets détaillés visant à communiquer ce qu’ils ont appris aux membres de leur communauté et à les inclure dans le cercle des amis intimes servant les gens de leur localité. Dans certains cas, ils ont pu s’appuyer sur le travail déjà accompli dans leur secteur. Dans d’autres cas, il s’agissait de songer aux premiers pas pouvant être faits.

Une des participantes a dit « Je veux rentrer dans mon quartier et parler de ces qualités spirituelles avec les autres jeunes et leur transmettre ces idées.

Entendre d’autres personnes décrire leurs activités et leurs projets en vue du bien-être et de la prospérité de leur communauté a été une source d’espoir et d’inspiration pour les jeunes. « Avant de prendre part à ce programme, j’étais très désabusée. Je n’avais aucun espoir pour l’humanité », explique une jeune participante. « Maintenant que j’ai vu tous ceux qui prennent part à cette forme de service, et leur grand dévouement, j’ai beaucoup d’espoir. »