Les jeunes de 12 à 14 ans de Sooke sont connectés au monde entier

Les mercredis après-midi, quand la plupart des autres enfants de Sooke sont déjà retournés à la maison, un certain nombre de leurs camarades, qui ont onze ans, sont restées après l’école pour leur édification spirituelle. Environ dix étudiants de l’école intermédiaire Sooke’s Journey participent depuis peu à un programme de responsabilisation des jeunes de 12 à 14 ans, un groupe qui vise à créer un environnement sans danger où les jeunes peuvent s’exprimer, établir des relations saines et nouer des liens d’amitiés avec d’autres jeunes aux quatre coins de la planète.

Les jeunes ados de Sooke examinent une carte pour voir où habitent leurs correspondants à l’étranger. (Photo : Sooke News Mirror)« Notre objectif est d’aider ces jeunes à devenir des citoyens biens formés, à contribuer à leur communauté et à apprendre à servir les autres », explique Les Haddad, un adulte qui habite à Sooke et qui anime le groupe. Il espère que les activités et les jeux auxquels les jeunes participent « les aideront à s’ouvrir aux autres et à remettre en question certaines idées tenues pour acquises. »

Le groupe qui a été lancé il y a seulement deux mois, a déjà fait de bons progrès, car non seulement les jeunes sont-ils en train de bâtir des liens d’amitié solide entre eux, mais ils le font aussi avec des correspondants en Jamaïque, en Ouganda et en Éthiopie. Ils se rencontrent chaque semaine dans une salle polyvalente, impatients d’écrire à leurs frères et sœurs à l’étranger et de découvrir leur culture.

Aussi intéressés qu’ils soient à découvrir les différences qui existent entre eux, ils ont une chose en commun : ils participent tous à un même programme mondial à l’intention des jeunes de leur âge. En effet le groupe de Sooke s’inscrit dans un effort mondial de la communauté bahá’íe pour mieux appuyer les jeunes adolescents et contribuer à leur développement matériel et spirituel.

Ils se servent d’un cahier d’exercices intitulé Les brises de confirmation qui cherche à aider les enfants de onze et douze ans à développer leurs capacités de lecture et d’écriture en s’appuyant sur des histoires des chansons et d’autres activités. Sur le plan éducatif, ces cahiers d’exercices sont uniques en ce qu’ils intègrent à des histoires des thèmes spirituels universels, comme l’aide divine, le développement des vertus et le pouvoir de la prière, en allant au-delà des démarcations confessionnelles.

Le groupe est appuyé financièrement par la communauté bahá’íe de Sooke et Les Haddad, son organisateur, est bahá’í, mais aucun des jeunes n’est d’une famille bahá’íe. Pour la plupart, ils viennent de familles chrétiennes et cela est aussi vrai du co-animateur du groupe, Erin Potts un étudiant d’université en troisième année. Un des enfants vient cependant d’une famille bouddhiste.

Étant donné que le cahier d’exercice mentionne Dieu, son utilisation ne peut pas être parrainée par l’école intermédiaire publique où l’activité a lieu, mais le principal de l’école s’est empressé de parler des bénéfices du programme et de l’appuyer en fournissant le local. « C’est une situation dont tout le monde bénéficie », explique Les Haddad. « C’est tellement plus facile pour les étudiants et pour les parents d’avoir l’activité à l’école même. » Pour ce qui est de la réaction des parents auxquels il a parlé de l’approche spirituelle adoptée par le groupe, en général, la réaction a été de dire « Vous parlez de Dieu? Mais c’est très bien! »

M. Haddad, comme bien des personnes vivant à Sooke, s’inquiète depuis longtemps de l’absence de réseau de soutien et d’activités constructives pour les jeunes adolescents de leur petite communauté. En parlant des résultats d’un sondage sur la faculté de récupération des gens de Sooke, M. Haddad expliquait « Notre communauté est un peu une anomalie en ce qui concerne les défis auxquels les jeunes adolescents font face. » Même ceux qui ont le meilleur des réseaux de soutien ont des comportements qui comportent des risques. » Sa femme et lui ont pendant des années tenu chez eux des soirées de jeux pour les jeunes, en réponse au manque d’activités édifiantes pour eux.

M. Haddad espère que les activités actuelles pourront se poursuivre au cours des prochaines années scolaires avec les cahiers d’exercices suivants de la même série, dont un qui se penche sur la moralité et les valeurs et un autre qui porte sur l’importance du service d’autrui. M. Haddad prévoit déjà organiser pour ses jeunes un projet de service auprès de l’école et de la collectivité.