Ridván, une joyeuse fête de douze jours

La fête bahá’íe du Ridván, qui cette année est célébrée du 21 avril au 2em mai, est une période spéciale pour les bahá’ís, car elle marque le début de leur religion en 1863.

Ridván est un mot arabe qui signifie paradis, le nom que Bahá’u’lláh, le prophète-fondateur de la foi bahá’íe, a donné à un magnifique jardin sur les rives du Tigre. C’est dans ce jardin qu’Il a annoncé publiquement sa mission en tant que manifestation de Dieu; l’anniversaire du temps que Bahá’u’lláh a passé dans le jardin de Ridván est un moment très important, que les bahá’ís célèbrent partout au Canada.

En 1863, après une dizaine d’années d’exil en Irak, Bahá’u’lláh et sa famille furent informés par les autorités ottomanes que Bahá’u’lláh allait être à nouveau exilé, cette fois encore plus loin de son pays natal, la Perse (aujourd’hui l’Iran), une conséquence de son influence grandissante.

Avant de quitter Bagdad, Bahá’u’lláh traversa le Tigre et demeura douze jours dans le jardin où il reçut des visiteurs. Les premier, neuvième et douzième jours de la fête du Ridván sont des jours saints fériés pour les bahá’ís.

Le Neuvième jour du Ridván marque l’anniversaire du jour où la famille de Bahá’u’lláh se joignit à lui dans le jardin de Ridván. Ils en avaient été empêchés jusqu’alors par le débordement du fleuve. La crue du fleuve avait assez baissé pour permettre à Bahá’u’lláh et à sa famille de se retrouver, ce qui fut la cause d’une grande joie. Le douzième jour du Ridván, le 2em mai, est l’anniversaire du départ de Bahá’u’lláh du jardin de Ridván et du début de la prolongation de son exil de Bagdad à Constantinople (maintenant appelée Istanbul, en Turquie).

Ridván, le plus important des jours saints bahá’ís, est aussi la période où ont lieu les élections des institutions locales, nationales et internationale de la Foi bahá’íe. Les institutions dirigeantes locales et nationales sont renouvelées chaque année par des élections, alors que le conseil directeur au niveau international, connu comme la « Maison universelle de justice », est formé tous les cinq ans. 2018 est une de ces années où les membres des institutions dirigeantes nationales se rassembleront pendant le Ridván pour élire de nouveaux membres à la Maison universelle de justice. La couverture médiatique du rassemblement de ces 1300 délégués venus du monde entier sera assuré par le Baha’i World News Service

L’année où la Maison universelle de justice est élue, les élections nationales sont reportées. Le congrès national du Canada se tiendra cette année en mai, à Toronto, et réunira environ 171 délégués locaux venus de tout le pays.

Il est de plus en plus fréquent que des dirigeants politiques et des représentants du gouvernement à tous les niveaux présentent leurs vœux à l’occasion des jours saints célébrés par la communauté.

Par exemple, cette année avant Ridván, la communauté de l’Ontario a reçu les vœux de Kathleen Wynne, première ministre de l’Ontario; elle a déclaré : « Notre province est fière d’être le lieu où réside une communauté bahá’íe florissante ainsi qu’une foi dont les croyances fondamentales correspondent aux valeurs que nous chérissons en tant qu’Ontariens. » Elle a rendu hommage à Bahá’u’lláh, « un chef spirituel et un éducateur (qui) enseigna à ses disciples qu’il n’y avait qu’une seule race – la race humaine. Il a établi une foi qui garantit les idéaux d’une société mondiale unie, le respect de la diversité, et l’égalité de tous les peuples. »

M. Reza Moridi, ministre de la recherche, de l’innovation et de la science pour le l’Assemblée législative de l’Ontario, présenta ses vœux avec ceux de la première ministre.

Giuliana Natale, directrice d’Inclusion et Liberté de religion à Affaires mondiales Canada, a transmis ses vœux aux bahá’ís du Canada et du monde entier. Elle a évoqué la situation des bahá’ís en Iran et au Yémen, disant que son cabinet « (rendait) hommage au courage et à la force extraordinaire démontrés par la communauté bahá’íe. » Elle a également déclaré que, « la communauté bahá’íe représente un élément important de la mosaïque des religions au Canada ».