Une campagne dans les médias sociaux axée sur les parents de Canadiens incarcérés à la prison Evin en Iran

Une campagne dans les médias sociaux axée sur les parents de Canadiens incarcérés à la prison Evin en Iran

Une campagne de médias sociaux sur le thème, Sept jours pour se souvenir des sept années d’incarcération des sept responsables bahá’ís, portera, samedi le 15 mai, sur M. Jamloddin Khanjani. M. Khanjani qui a plus de quatre-vingts ans, est le plus âgé des sept prisonniers, et la peine de vingt ans de ces derniers est la plus longue de tous les prisonniers de conscience en Iran.

Plusieurs autres membres de la famille de M. Khanjani ont été emprisonnés à cause de leurs croyances bahá’íes. Deux de ses parents sont Canadiens, sa nièce Nika Khanjani, une cinéaste vivant à Montréal, et son neveu Siavosh Khanjani, un homme d’affaires torontois.

Au cours des derniers jours, ils ont appris que la ferme familiale avait été la cible de nouvelles attaques. Dans une série d’actions complètement insensées, après avoir détruit le réservoir d’eau, qui alimentait un verger florissant, et le grand troupeau, des représentants gouvernementaux ont maintenant détruit la maison des Kanjanis sur la ferme et revendiquent le titre de la propriété.

Avant d’avoir développé la ferme, Jamaloddin Khanjani avait exploité une usine de briques. Elle employait des centaines de personnes, mais avait été fermée par des représentants gouvernementaux qui poursuivaient une offensive systématique contre les bahá’ís, malgré le tort que cela a pu faire à l’économie du pays.

En plus d’une telle persécution économique, on interdit aux bahá’ís l’accès aux universités. Ils sont maintenant une centaine à avoir été incarcérés uniquement pour leurs croyances et ils souffrent maintenant des conséquences des émissions de propagande haineuse qui se multiplient dans les médias étatiques et qui cherchent à soulever la population contre eux. Les organes du gouvernement ont multiplié les émissions incitant à la haine, afin de pouvoir blâmer la population pour le mauvais traitement infligé aux bahá’ís. Toutefois, ces dernières années, des Iraniens de tous horizons ont commencé à manifester leur propre sens de la justice et de l’équité, malgré leur gouvernement, en agissant, souvent courageusement, pour appuyer les bahá’ís.

L’exemple le plus récent de malhonnêteté de la part du gouvernement iranien s’est produit en mars durant les séances du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, quand les représentants de l’Iran ont rejeté les preuves présentées par le rapporteur spécial sur les droits de la personne en Iran, M. Ahmed Shaheen, et ont refusé de répondre aux demandes de la communauté internationale de corriger les violations les plus scandaleuses des droits fondamentaux des bahá’ís et d’autres Iraniens.

Les Canadiens peuvent suivre cette campagne sur Twitter et Facebook, en se servant du mot-dièse #7Bahais7years.La page Facebook officielle à l’adresse www.facebook.com/events/1638889016341780/ sera mise à jour au fil du déroulement de la campagne.