Otto Donald Rogers (1935-2019)

Otto Donald Rogers (1935-2019)

Otto Donald Rogers, décédé le 28 avril 2019 à l’âge de 83 ans, était l’un des peintres modernes les plus originaux du Canada et sans doute le plus inventif à sortir des Prairies.

Légende : APPROCHE D’UN LIEU SACRÉ, 1981 acrylique sur toile, non encadrée 60 po x 60 po.
Légende : APPROCHE D’UN LIEU SACRÉ, 1981 acrylique sur toile, non encadrée 60 po x 60 po.

Il a été membre de l’Assemblée spirituelle nationale des bahá’ís du Canada ainsi que du Centre international d’enseignement au Centre mondial bahá’í. Dans une lettre de condoléances, la Maison Universelle de Justice écrivait : « Sans relâche dans ses efforts pour servir la Foi et avec de grandes réalisations à son nom, il est resté un homme humble et désintéressé, gracieux et doux. »

Des rassemblements commémoratifs ont eu lieu en son honneur dans le monde entier, y compris dans chaque Maison d’adoration bahá’íe.

Rogers est né dans une communauté agricole le 19 décembre 1935 à Kelfield, en Saskatchewan. L’étendue du ciel et les horizons sans fin du paysage ont eu un effet profond sur le jeune Otto. Il entreprenait des promenades solitaires, fasciné par la présence physique et l’insaisissabilité des panoramas. « Ces randonnées quotidiennes étaient autant un voyage par l’esprit qu’ils l’étaient sur la terre des prairies », écrira-t-il plus tard. « La vue dans toutes les directions était sans fin et, en ce qui concerne l’éducation, la salle individuelle confinée ne pouvait rivaliser avec cette infinité. J’ai été suspendu dans le temps et l’espace et j’ai pris un plaisir constant dans la diversité des couleurs et des formes. » De tels contrastes visuels — entre proximité et distance, opacité et transparence, activité humaine et immensité de l’espace — s’exprimeraient dans la peinture de Rogers.

Mais Rogers ne s’est jamais considéré comme un « artiste des prairies », car ses intérêts ont grandi pour englober une profonde sensibilité spirituelle. Un article paru dans le Globe and Mail en 1988 observait que les racines de sa peinture étaient » enfoncées beaucoup plus profondément dans le sol de la quête spirituelle qui nourrissait les abstractionnistes du début du XXe siècle que dans le sol de la Saskatchewan natale de l’artiste… Mais toutes ses fenêtres s’ouvrent dans cette direction, vers des prairies plus mystiques baignées par des pluies spirituelles ».

Rogers a été initié à l’art par hasard au Teacher’s College de Saskatoon. Faisant preuve d’un talent brut et rare, encouragé et nourri par l’artiste paysagiste Wynona Mulcaster (1915-2016), Rogers a senti qu’il avait trouvé le moyen d’exprimer son dialogue intérieur. Il a ensuite étudié l’éducation artistique à l’Université du Wisconsin, à Madison, où il a obtenu une maîtrise en beaux-arts en 1958.

Outre un bref séjour de quatre mois à New York en 1958, il restera dans sa province natale et reviendra en 1959 comme membre de la faculté des arts de l’Université de la Saskatchewan jusqu’en 1988, dont quatre ans à titre de chef de département. Les anciens élèves se souviennent de lui comme d’un « professeur charismatique », d’un « mentor fantastique, d’un maître de travaux de très haut niveau ».

Les premières œuvres de Rogers évoquent des éléments des prairies sans recourir à aucune représentation picturale littérale. Il y avait aussi des portraits, des natures mortes et des paysages urbains. Pourtant, alors qu’il s’oriente de plus en plus résolument vers une abstraction non référentielle, il reconnaît que ses tableaux conservent « un souvenir de nature morte et de paysage ».

L’acceptation de la foi bahá’íe par Rogers en 1960 a été un événement déterminant dans sa vie et dans son art. Le principe fondamental de l’unité de la religion est devenu un élément central de sa créativité. Les grandes œuvres d’art, croyait-il, devraient parvenir à une conversation harmonieuse entre tous leurs éléments constitutifs. Lorsque cela a été couronné de succès, la peinture a acquis un « esprit » et a pu avoir un effet profond sur le spectateur. « Pour moi, le but de l’art est d’élever l’âme humaine, dit-il.

Un autre enseignement bahá’í, selon lequel l’individu doit chercher la vérité de façon indépendante, a amené Rogers à réaliser qu’il avait une » terrible nécessité de chercher… une passion pour l’inconnu ». Il s’est décrit lui-même comme « en quête » d’« être libre de se déplacer vers une destination inconnue ».

Tout au long de sa longue carrière, le travail de Rogers a été une exploration constante des questions de l’art et de la nature, de la dynamique créatrice, du langage et de la conscience, de la relation de la diversité à l’unité. Il croyait que l’entrée dans le monde de la foi était une condition préalable à la création d’un art durable qui était une manifestation du cœur et de l’esprit - un cœur qui se tourne vers l’essence de la création et un esprit qui conçoit l’ordre visuel, a-t-il dit.

Dans ce dernier cas, beaucoup de ses compositions sont plus proches d’une forme architecturale que de la peinture. « Ce que font les architectes m’intéresse plus que la plupart des peintres », écrit-il. « Une bonne architecture a une intégrité formelle que la peinture et la sculpture contemporaines manquent trop souvent. »

Rogers a remporté de nombreux prix pour sa peinture, sa sculpture et ses travaux d’arts graphiques. Ses œuvres font partie de collections publiques et privées dans plusieurs pays, dont le Musée des beaux-arts de l’Ontario, le Musée des beaux-arts de Montréal, le Musée d’art contemporain de Barcelone et la Galerie nationale d’Islande.

Conférencier inspirant et promoteur des enseignements bahá’ís, Rogers a été invité à servir sa foi à l’échelle internationale et s’est installé au Centre mondial bahá’í à Haïfa (Israël) en 1988. Parmi ses nombreux voyages au cours des dix années suivantes, il a visité l’Union soviétique nouvellement ouverte et a rencontré des artistes précédemment interdits. Il a été guidé à travers les voûtes de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, où il a vu les œuvres de peintres tels que Kandinsky et Malevitch.

Les responsabilités de Rogers à Haïfa lui ont laissé peu de temps pour peindre à grande échelle. Au lieu de cela, il a produit plus d’œuvres sur papier. Ces constructions ont donné lieu à un langage pictural abstrait plus fluide qui s’est poursuivi à son retour au Canada en 1998. Lui et son épouse Barbara se sont installés sur les rives du lac Ontario, dans le comté de Prince Edward, où il s’est mis à travailler dans un studio, construit par leur gendre, Siamak Hariri.

Constamment autocritique et défiant la tendance de nombreux artistes à devenir complaisants avec une formule réussie, Rogers se pose constamment de nouveaux problèmes picturaux qu’il doit résoudre. Continuant à peindre tous les jours jusqu’à ses 80 ans, il était déterminé à rendre chaque œuvre aussi esthétique qu’il le pouvait.

En plus de son talent prodigieux, Rogers était un homme d’une grande chaleur, prévenant et intègre avec un sens de l’humour désarmant. Il laisse dans le deuil son épouse Barbara et ses trois enfants, Klee, Sasha et Julie.

Abonnez-vous