Un documentaire bahá’í sur la réconciliation est présenté à une conférence internationale sur la paix

Un documentaire bahá’í sur la réconciliation est présenté à une conférence internationale sur la paix

« The Path Home », un court métrage commandé par l’Assemblée spirituelle nationale des bahá’ís du Canada, a été présenté lors d’une conférence internationale sur la paix organisée par le Kroc Institute for International Peace Studies de l’Université Notre-Dame, à South Bend, en Indiana.

Le film a été présenté par les producteurs Jordan Bighorn et Esther Maloney dans le cadre d’une série de présentations qui exploraient la relation entre les histoires collectives, la justice, la guérison et la paix durable. Justin de Leon, chercheur invité à l’Université Notre-Dame, a animé la discussion qui a suivi la projection du film et qui comprenait une conversation animée avec les participants à la conférence.

« The Path Home » a été produit à l’origine à titre de contribution de l’Assemblée nationale à la Commission de vérité et de réconciliation sur les pensionnats indiens du Canada. Le film a été présenté en première à Ottawa avant les événements de clôture de la CVR en 2015.

La projection à l’Université Notre-Dame a eu lieu dans le cadre de l’une des séances d’ouverture de la conférence, Bâtir une paix durable : idées, preuves, stratégies. Plus de 450 personnes de 37 pays ont assisté à la conférence. Son but était de réunir des chercheurs et des praticiens du monde entier dans un processus d’apprentissage mutuel et de dialogue.

M. Bighorn, Mme Maloney et M. de Leon étaient accompagnés de Kyle Schmalenberg et de Laura Friedmann, attachée de presse au Bureau des affaires publiques de la Communauté bahá’íe du Canada. Collectivement, ils ont contribué à un certain nombre de séances au cours de la conférence sur divers thèmes, notamment : « La narration d’histoires et la construction communautaire : Les professionnels des médias travaillant pour la création de sociétés pacifiques » et « Approches amérindiennes en matière de promotion de la paix ». M. de Leon a dit : « En tant que bahá’ís qui cherchent à comprendre le rôle puissant du discours social, il est important d’être présents dans les espaces où la pensée et les politiques sont en train de se former ».

« La conférence a souligné le rôle important de la promotion de la paix au niveau communautaire, et le dialogue entre chercheurs et praticiens nous a permis à tous de penser l’avenir d’une manière nouvelle et pleine d’espoir », a également souligné Mme Friedmann.

Dans son discours de clôture, John Paul Lederach, professeur émérite de la promotion internationale de la paix à l’Université Notre-Dame, a souligné le rôle important des jeunes dans l’avenir de la consolidation de la paix.

« Nous témoignons de l’effacement et de l’évolution du système », a affirmé le professeur Lederach, en demandant : « Comment pouvons-nous préparer les jeunes générations à être présentes, tenaces, inventives et compatissantes ? » Il a conclu ses remarques en laissant entendre que nous vivons à une époque qui n’est pas ancrée et qu’une action inspirée par la foi peut servir de point d’ancrage à la poursuite de nos actions en faveur de la paix.

« La conférence a été une source d’inspiration pour la façon dont les praticiens ont parlé des liens entre leur propre croissance et leur compréhension et les contributions qu’ils ont pu apporter en tant que bâtisseurs de la paix dans leur contexte, tant au niveau local que mondial, » a déclaré Mme Maloney. « Plusieurs praticiens ont mentionné l’importance du pouvoir du récit et de notre prise de conscience de la façon dont nous nous engageons dans les espaces numériques, thèmes que notre groupe a également appris à connaître. »

« À plusieurs égards, la conférence a donné l’impression de dissiper diverses illusions sur la réalité de la consolidation de la paix et de la durabilité », a ajouté M. Schmalenberg. « En tant que panélistes, nous avons vu comment notre approche et notre prestation ont été absorbées par les auditoires précisément parce qu’elles étaient formulées d’une manière moins semblable sur le plan académique, comme la plupart des choses qu’ils entendent dans ces espaces, et nous avons plutôt pu saisir la valeur et l’importance de notre optique locale, communautaire et populaire.